Bardzo tanie apteki z dostawą w całej Polsce kupic cialis i ogromny wybór pigułek.

Hopital-marmottan.fr

A qui profite l'addiction ?
Michel Hautefeuille - ajouté le 04/10/2004
Intervention au congrès de l'ASPST à Metz 21-22 Mars 2002 Quand on réfléchit au concept d'addiction, on est vite confronté à une sorte de fatras clinique,d'inventaire à la Prévert au sein duquel il va falloir, pour s'y retrouver, passer tout ça au crible, autamis. Et donc le principal problème et de savoir quel type de tamis le vais bien pouvoir utiliser eten fonction de quoi. Quel sera au bout du compte la taille des mailles.
D'habitude lorsque je fais une communication, je pense à ce que vais y dire et ensuite j'en tire letitre. Mais là le sujet paraît tellement multiple, compliqué, riche, que j'ai donc commencer par lafin : le titre.
J'aurais pu par exemple choisir comme titre : " Addiction et désillusion", renvoyant ainsi d'une partà l'espoir clinique que représente un tel concept mais aussi au regret de le voir dilué, récupéré,perverti.
J'aurais pu prendre un ton plus politique avec un titre du genre :" Addiction, pouvoirs publics etrestriction budgétaire".
Mais ne sachant choisir je me suis en fin de compte arrêté sur un titre qui englobe peut-être les deuxprécédents et qui est : "A qui profite l'addiction?".
On sait que l'addiction est une relation de dépendance plus ou moins aliénante, plus ou moinsacceptée. Tout réside alors dans ce plus et ce moins. C'est ce plus et ce moins qui va colorier ce quel'on appelle le spectre des addictions dont on ne sait plus si ce terme de spectre renvoie à un dégradéde couleurs ou a une notion de fantôme qui viendrait hanter notre clinique et le discours politique.
Ce qui ne va pas faciliter ce travail de tamisage, c'est que bien souvent ces conduites se présententen association les unes avec les autres. La notion de comorbidité, ainsi que le souligne Vénisse,étant indiscutablement l'un des facteurs constitutifs de l'émergence du concept d'addiction.
Ainsi que le rappelle Marc Valleur, la première comorbidité concerne les overlaps, lesrecoupements qui font que chaque addiction est le facteur favorisant de toutes les autres.
La comorbidité procède de cette dose de pathologique qui serait investi dans la toxicomanie ou dansd'autres addictions ou dans d'autres pathologies simultanément ou successivement.
Si j'avais retenu comme titre "Addiction, pouvoirs publics et restriction budgétaire", j'aurais ététenté de faire le parallèle avec ces budgets qui sont investis à un endroit, puis dont on retire 5% pouraller les mettre ailleurs. Aurait-ce été abusif de dire que nous souffrons de comorbidité budgétaire.
Mais comme je n'ai pas choisi ce titre, bien évidemment je ne vous dis pas cela.
Pour revenir à la clinique, peut-être qu'une des façons de régler la taille des mailles de notre tamisserait de revenir sur les trois termes d'usage, d'abus et de dépendance. Comme le fait remarquerNahoum-Grappe le terme d'abus ne relève pas du registre du médical ou du scientifique. Cette notion porte en elle une part de condamnation morale. Condamnation morale quisanctionnerait pour chaque conduite, ce moment particulier ou le plus devient trop, c'est à dire lemoment de ce raccourci fulgurant où le quantitatif se transforme en qualitatif. Ou le trop ne renvoieplus à une espèce de notion comptable mais à une notion morale qui serait de l'ordre de la faute.
Le trop, c'est la transgression de la norme, norme définie par ces pseudos conférences de consensus social que notre société s'autoadministre en permanence, consensus dont Jean Dugarin rappelaitqu'il était la forme moderne de l'autocensure.
La conduite addictive relèverait donc de la faute et serait à l'opposé de la normalisation. Rien debien neuf dans tout cela.
Là où les choses se compliquent, c'est lorsque la transgression et la normalisation se confondent. Aqui profite l'addiction? Je prendrai un exemple qui part d'un tableau clinique qui n'a rien à voir avec la toxicomanie ou lesaddictions, mais dont le prétexte y conduit tout droit.
Ces dernières années ont vu apparaître une nouvelle maladie de l'enfant. Ce trouble appelé"Attention deficit-hyperactivity disorder (ADHD)" en anglais ou "Trouble hyperactif avec déficitd'attention" (THADA) en français, concernent des enfants incapables de se concentrer sur une tâche,ne tenant pas en place, au grand désespoir de leurs parents. Ils souffriraient également d'inattention et d'impulsivité. L'hyperactivité connaît une grande modeaux États-Unis et au Canada. Cette maladie existe et concernerait au maximum 2 à 3% des enfants.
Depuis les années 80 le traitement de cette hyperactivité est une amphétamine, dont l'effet paradoxalest de clamer ces enfants : la Ritaline®. Sans nier l'efficacité de ce médicament, on s'étonnecependant que plusieurs millions d'enfants soient traités avec ce produit, la firme Novartis par safiliale Ciba-Geigy Corporation, visant le marché des enfants agités. Le problème est la confusionqui commence à se développer et qui tend à étiqueter malade hyperactif tout enfant un peuturbulent. Dans cette logique d'une nouvelle maladie qui se répand quasiment comme une épidémie, le nombred'enfants qui se sont vu prescrire ce médicament a été en augmentation de plus 600% entre 1989 et1995. Au Québec, le nombre des prescriptions vendues est passé de 33000 à 248000 entre 1990 et2000 . La Ritaline® rend les enfants plus dociles et obéissants, notamment dans l'exécution de tachesmonotones ou répétitives comme certaines activités scolaires ou de la vie quotidienne.
La prescription de Ritaline est pour l'instant un phénomène typiquement nord-américain: 90% de laproduction mondiale du médicament est vendue aux États-Unis. Dans certains États, comme laVirginie, la Caroline du Nord ou le Michigan, de 10 à 15% des enfants d'âge scolaire avalentquotidiennement leurs «pilules d'obéissance», souvent après avoir été signalés par les enseignants,qui invitent les parents à consulter. Plus de 3 millions d'enfants entre 2 et 18 ans - en majorité desgarçons de race blanche - sont aujourd'hui diagnostiqués «hyperactifs» et traités.
Dans le même ordre d'idée, les prescriptions de calmants aux enfants ont augmenté de 38% au coursdes 5 dernières années. Prés d'un tiers des enfants traités se voient ainsi prescrire d'autrespsychotropes, comme du Prozac ou des anxiolytiques, pour soigner les troubles annexes.
"Le contrôle chimique des teen-agers a pris ainsi des proportions effrayantes".
Le fait qu'un si grand nombre d'enfants soient sous traitement de Ritaline® pose deux questions : lavie en société est-elle, à ce point, infernale que les adultes n'ont plus la patience nécessaire poursupporter leurs enfants ? Ou alors notre monde actuel serait-il devenu à ce point intolérant vis à visde comportements qui ne correspondent pas tout à fait à la normalité ?Mais en dehors de cette normalisation galopante , le scénario va prendre un aspect plus tragique. Il aété démontré par exemple que la prévalence de la consommation de cocaïne à l'âge adulte, de mêmeque la dépendance à d'autres types de produits, tels que l'héroïne, était 4 fois plus importante chezdes sujets ayant reçu de la Ritaline® dans leur enfance. C'est un triste renversement de l'histoire où les personnes dont on a voulu calmer les ardeurslorsqu'ils étaient enfants se mettent à être, à l'âge adulte, des consommateurs d'excitants. Ils deviennent turbulents à un âge auquel on ne les attendait plus. La Ritaline® aurait ainsi créé unegénération d'adultes qui se conduiraient comme «de sales gosses ». Le recours à la chimie n'a pas delimite d'âge lorsqu'il fut pratiquement un principe d'éducation.
A qui profite l'addiction ? Dans cet exemple, il semble que tout le monde soit perdant. Les individusen premier lieu qui, assommés, contenus pendant toute leur enfance, explose à l'âge adulte. Maisl'ensemble du corps social également qui, à vouloir troquer des enfants turbulents par des enfantssous traitement, crée les toxicomanes de demain.
Cet exemple est également instructif car il montre qu'il semble exister une relation forte entreadaptation et mise en dépendance. Dans ce cadre ce qui est socialement acceptable c'est l'adaptation.
La dépendance, elle, serait de l'ordre de l'abus, de la faute, dont nous parlions précédemment. Saufque cette faute est dans le camp du pathologique, de l'addiction. A partir du moment où cettepathologie existe, un traitement peut exister et une réadaptation est alors envisageable. C'est l'effetredoutable de ce que nombre d'auteurs ont dénoncé dans la médicalisation des comportementshumains.
Un autre élément intéressant dans cette histoire de Ritaline® est que cette tentative de normalisationlaisse à craindre une espèce de nouvel eugénisme qui n'est pas sans rappeler le livre de Boris Vian :"Et on tuera tous les affreux".
La question est alors de savoir quels sont les affreux actuels.
Je pense que nous pouvons les trouver par exemple dans les 7% de la population française qui ,comme l'a montrée une étude de 1994, étaient dépendants des BZD . On les trouve également chezces toxicomanes qui croient prendre un traitement de substitution et ne sont que dans un programmede maintenance. On les trouve aussi chez les 120.000 à 150.000 adolescents par an qui font une tentative de suicide. On les trouve aussi chez ces jeunes cadres hyperdynamiques qui naviguent dans les milieux de lafinances ou de l'informatique pour ne citer que ceux-ci et qui sont gorgés de cocaïne pour êtrefiables, crédibles et performants.
Mais bien sûr, ce qui désunit tous ces affreux c'est la différence d'impact sur l'angoisse sociale.
L'adaptation se résume au bout du compte à pouvoir se dégoter une addiction positive.
Une dernière remarque avant de conclure : la banalisation du terme d'addiction aura permis de façonpresque paradoxale de faire venir en consultation des personnes qui ne seraient pas venuesauparavant. Dans ce contexte le vocabulaire peut être considéré comme un mode d'accessibilité auxsoins. je pense à ces nouveaux consultants qui viennent parce qu'ils sont joueurs pathologiques,accros d'Internet ou des jeux vidéos, ou dopés du quotidien.
Ils viennent nous voir car ils ont compris qu'ils étaient en proie à une pathologie de la dépendance etque notre savoir faire en matière de toxicomanie pouvait leur être utile. ces patients sont, pourl'instant, absents, semble-t-il, des préoccupations des pouvoirs publics. Ainsi notre DDASS, parexemple, semble beaucoup plus intéressée, à Marmottan, par notre pôle substitution que par cenouveau type de consultation. C'est d'autant plus regrettable que le nombre estimé de joueurspathologiques, par exemple, est quatre fois plus important que le nombre de toxicomanes. Nous nepouvons continuer à répondre à ces demandes à moyen constant.
Nous avons trop souvent le sentiment que le terme d'addiction est le prétexte utilisé pour faire croireque la diversité institutionnelle n'aurait plus de raison d'être. Selon cette même logique il faudraitaussi, pour promouvoir la prise en charge des addictions, équilibrer les budgets entre toxicomanie,alcoolisme et tabagisme, ce qui consisterait à dépouiller un miséreux pour faire semblant d'enhabiller deux autres. La survenue des addictions pose cette question triviale : "Pourquoi les crédits que leur sontconsacrés sont-ils si malingres ?".
Je crois avoir enfin trouvé le titre de mon intervention : "tais-toi et rame".

Source: http://www.hopital-marmottan.fr/publications/A_qui_profite_l_addiction.pdf

Clinical guideline scope template

NATIONAL INSTITUTE FOR HEALTH AND CLINICAL EXCELLENCE 1 Guideline Familial hypercholesterolaemia: the identification and management of patients 1.1 Short title 2 Background The National Institute for Health and Clinical Excellence (‘NICE’ or ‘the Institute’) has commissioned the National Collaborating Centre for Primary Care to develop a clinical guideline on fam

Composition complexes ordre alpha.xlsx

Dossier Composition en Actifs des Complexes DEPÔT HERBOPLANET NICE SARL R.B.NATURE TERRE CIEL 06 11 69 60 03 www.produits-spagyriques.fr [email protected] Pour vos prescriptions il est important de noter avant le nom alphabetique du produit le code completpour éviter la substitution, par le vendeur, par des teintures classiques :MSA TSAHSet le N° et désignatio

Copyright © 2010-2014 Medical Articles