Bardzo tanie apteki z dostawą w całej Polsce kupic levitra i ogromny wybór pigułek.

Layout

Packaging.
mérité », qui ne mesuraient rien d’autre GENÊT MAYOR
Chez Genêt Mayor, il y en a pour tous les goûts. Pour les partisans John Baldessari, Seth Price, Psychopathologie de l’expression – Une collec-
que la distance entre écriture et sensua- durs de la structure autant que pour les fans de récits imagés.
tion iconographique internationale. Commissariat d’exposition : Daniel
lité, se turent soudainement. Cependant, Exposition du mercredi
Les premiers se plairont à observer la malice des assemblages Baumann. Exposition du 7 juin au 9 juillet 2005.
ce fait eut lieu une centaine d’années 28 septembre 2005 au
en série d’éléments destinés au bricolage. Pour les seconds ; avant que cette notion ne prenne placedans le monde de la musique, avant samedi 29 octobre 2005.
les calamars géants, les filets, les bataillons de coton-tiges – qu’un compositeur ne puisse être déten- Vernissage le mardi
rondelles de pétard seront autant de prétextes à une aventure.
teur d’une composition musicale par- 27 septembre 2005 dès
ticulière. Auparavant, les chansons étaient SOURCE UNIQUE
18 heures.
On peut s’étonner de cette partition simultanée. On pourrait acceptées comme faisant partie dudomaine public, et – ce qui est plus fort – Ouverture du jeudi au
déceler un héritage : la mise à mal des acquis modernistes (auto- LE CLAN DU SUICIDE
étaient mutables, comme dans le sens où samedi de 14h à 19h.
référentialité, sérialité, modules). Ainsi la répétition se trouverait les logiciels informatiques étaient pre- renvoyée à l’obsession, et la variation à l’application méticuleu- mièrement envisagés en tant qu’ efforts « AU NATUREL »
se. L’art minimal versus l’art brut ! Dès lors, un filet de pêche et communs destinés à être partagés, retra-vaillés et ensuite remis sur le marché.
Espace d’art contemporain
du plomb projeté contre une plinthe de mur seraient équivalents.
UN TEXTE DE SETH PRICE, PRÉSENTÉ DANS L’EXPOSITION Les faits, après tout, sont des opinions.
11 rue de la Coulouvrenière
CH – 1204 Genève

Fabriquer un intestin – nasse à huître, c’est-à-dire enfiler les À cet égard, bien que la musique fût en 4 Place des Volontaires
serre-câbles tiendrait du pari ; celui qu’il n’y a pas moins de 1. Voici un procédé : en 1988, le composi- sampling doit être enfin trouvé, et c’est teur Steve Reich, dont on peut dire qu’il pourquoi il est toujours présent dans les ne tarda pas à faire un bond en avant. La CH – 1204 Genève
récit dans un alignement de briques. Les œuvres de Mayor était un minimaliste, utilisait la relative- inquiétudes culturelles. Ces inquiétudes révèleraient la qualité narrative des œuvres « processuelles » ment nouvelle technologie du sampler quant aux droits d’auteur, c’est-à-dire aux l’âge depuis l’aube de la propriété intel- tél. / fax + 41 22 321 6822
pour créer une œuvre basée sur la voix droits d’argent, sont largement mépri- [email protected]
sées. En fait, elles naissent plutôt des noble évolution, son représentant princi- ployait des phrases entières et des locu- préoccupations et des implications liées Arrivent alors l’armée de monstres marins un peu naïfs et autres tions dont la cadence dictait les mélodies.
au clonage, à l’instrumentalisation d’une sique, quant à elle, a toujours été sujette trophées mythologiques en papier mâché. Genêt Mayor développe Écoutons ce qui est dit : des témoignages à des transitions brutales dans la repro- donc aussi une œuvre littéralement narrative : deux tentacules- par des survivants de l’Holocauste, sur- dans tous les cas, une chose ne peut plus duction et la diffusion contrôlées des ma- colonnes tels un décor de train fantôme à l’abandon dans lequel chargés de signification, inattaquables.
Ensuite, faisons tournoyer ces voix balbu- un emblème tribal bricolé côtoie un piège néolithique en plas- tiantes dans la musique d’avant-garde.
Les artistes – universellement reconnus Référons-nous à l’histoire de l’opéra.
tique. Que l’on considère d’une part les séries compulsives, les en tant qu’experts dans le champ de l’ex- Toscanini, en arrivant à La Scala , effectua procédures imagées, le minimalisme narratif ; ou d’autre part lorsqu’elle est changée en une arme.
pression humaine – ont été prompts à re- les décors « low-fi », les mythologies éclectiques, l’entreprise de « Fours, douches, abat-jour, savon » – un connaître et à interpeller ces problèmes.
Si le sampling peut être compris en tant bourgeoise de l’opéra. Avant sa venue, Genêt Mayor est avant tout singulièrement disphonique et nous ne soyons informés que le contexte se l’orchestre était situé au même niveau que magnifiquement hybride. Ainsi le papier mâché dont on connaît situe dans l’Allemagne des années 1940.
« volés » comme un matériau brut pour l’audience – pas l’audience docile d’au- l’immédiateté et la valeur semble être une réponse « formaliste » profiter du contexte, cela n’est-il pas éga- jourd’hui – , mais un attroupement qui se (un moyen évident d’interroger les conventions de la sculpture).
Où situer le pouvoir dans ce procédé ? La tenait là tout autour, parlant, mangeant, violence est-elle ici inhérente au sam- donné la relativement récente intrusion gesticulant et riant : « Fort bien, rencon- Inversement la série devient une solution pratique. Les principes, pling ? Dans le monde de la musique, le trons-nous à l’opéra, et nous deviserons les paradigmes, les « tropes », les primats et autres corollaires sampling est souvent considéré comme un lors où aller. » ; « Enchanté mon ami, jouent à la chaise musicale dans une arène où les règles de acte criminel. En référence à cette logi- l’introduction du sampler pourrait faire éteignez votre soif avec ce doux breuva- lecture de l’art et ses supposés acquis s’en trouvent malmenés. que, l’original est violé à travers la créa- une bonne étude de cas. Il peut être utile ge », « palsembleu ! » « en effet mon cher », tion de son double – une reproduction illi- de se remémorer la relation particulière etc. Bien sûr, cette époque était adéquate cite – et ce procédé est symptomatique d’un lamentable glissement culturel de La programmation de Forde bénéficie du soutien du « Département des affaires la représentation à la répétition. Cepen- riques 1. Après tout, on rêve la journée, de privatisation et d’intériorité, dont le dant, le sampling n’a pas d’intérêt dans but était d’obtenir un espace pour sa fan- la répétition, sa seule mission, en fait, est taisie. L’architecture, modèle de référen- de créer de nouveaux et ponctuels événe- 2. La « propriété intellectuelle », concer- est aussi le corollaire nécessaire au rite, nant la plupart des support écrits, a été sinon elle serait païenne par définition.
duction devient un original, chaque sam- L’opéra en tant que forme artistique, était ple un nouveau commencement, le pre- réponse à la nouvelle technologie de copie mier d’une lignée infinie de commence- de textes appelée imprimerie. Les désuètes ments. C’est dans cela que le pouvoir du lamentations écrites au sujet de « l’éphé- 1 Ces exemples comparatifs nous diront tant de choses, vu que le terme semble bifurquer. Par exemple, prenons le terme «Histoire».
En tant que narration du progrès, il pointe vers le futur, mais en tant que mémoire ou mémorial, il pointe vers le passé. Alors,l’ Age d’Or est-il devant ou derrière nous ? A ceux qui critiquent l’Utopie en tant que projet futile, ou pire, en disant qu’elle adrainé les horreurs du siècle dernier, il conviendrait de répliquer : nous sommes dans un moment utopique, chaque moment est un Age d’Or, un nouveau commencement, le premier d’une série infinie. Le sampling comme résistance à la fragmentation ?Oh, ces schémas qui traversent ma conscience – comme du vin dans de l’eau – et altèrent la couleur de mon esprit ! Dans n’importe quel cas, tout est réutili- moderne, qui s’enrichit par une combinai- utilitaire, et non pas évocatrice ou son particulière de technologie, d’argent d’autres événements. Une chaîne de com- la fantaisie bourgeoise. Tout ce processus outils des artistes du passé en vue d’ap- Cependant, cette perte est aussi une force proches dont ils pourraient faire usage.
talité, un mouvement basé sur la notion répétition et d’appauvrissement. Dans ce qui cristallise les blocages de la société.
La tâche est celle de reprendre ces instru- La situation était pourtant flottante. Une cas, reproduire les signes ou les artefacts Observons « l’éclair pétrifié » du Musée des fois que l’on introduit une technologie com- que nous désirons – prévisibilité, sécuri- des riches, perpétue une chose devenue un Sciences de Boston : un bâton brun compo- outils. L’objectif est de rechercher l’usage, merciale, on la met sur le marché, et les té, contrôle – plutôt que la confirmation sé de rien d’autre que de sable figé dans pas la signification. Si on veut une appro- choses nous glissent entre les doigts. Dix La combinaison de sons samplés, du d’une représentation exacte du réel. Cela duction. Dénigrer une chose parce qu’elle un moment de chaleur extrême. L’exposi- che « artistique », on emprunte l’outil aux ans après l’introduction du Fairlight, révèle une chose : lorsque notre désir est une « copie », c’est se quereller à pro- tion a lieu uniquement pour fétichiser le biens culturels. Si cela est mal fait, pas devient réalité , nous n’avons plus besoin dégât et le déchet. Un processus est mys- revanche, il est vrai que l’aristocratie tifié, remplacé par une ruine sous verre.
fait est ainsi générée. Pour toutes ces rai- moins de 1000 dollars, en l’associant à un intéressés au jargon d’une forme, peu préserve ces plaisirs risqués, comme ceux sons, la notion moderne de la ruine réno- À l’ère des pittoresques abbayes et des vée peut être plus intéressante que le ponible pour rendre plus efficace un home gens ne veulent pas des sons distincts ou bourgeoisie, et il est possible que la gent châteaux effrités, la poésie était la reine studio polyvalent. La même chose était inouï, ils veulent des sons correspondant cultivée fût seulement la canaille étince- des arts, et c’était cette forme qui attirait vraie pour n’importe quel mec de 20 ans à des phénomènes déjà existants dans le lante qui flotte sur l’écume d’une profonde les jeunes gens radicaux. Un siècle après, monde. Après tout, nul n’est aussi mal rivière de production. Dans cette optique, à l’opposé du modernisme, à un age où 4. Cela m’échappe toujours… Qu’y a-t-il ciens voulaient imiter, invoquer la réalité plutôt parce que la voix enregistrée et re- peuvent être considérés comme une pré- veau modèle de la crêpe. Tout ce change- par la pression d’un doigt, comme convo- tonalisée est dérangeante : un terrible et servation de la forme, car les gestes vides règles de sécurité, la musique est l’art ment précipité laissa un sillage jonché quer la peinture directement du tube.
de ritualisation s’affirment en une force auquel tous les autres aspirent, et c’est là Regardons de près les particularités éco- d’épaves et de traumas, et dans la musique Cuivres, instruments à vent, accidents de tourne mal. Le mot samplé est le degré de préservation, à l’instar de la mort, que les jeunes romantiques se réunissent.
nomiques et technologiques de cet instru- académique assistée par ordinateur, une voitures, verre brisé : invocations ! La zéro du mot, comme celui trouvé dans le principe romançant la vie. C’est le pilier niche particulière et inimitable, l’équi- machine remémore des événements et les dictionnaire ou dans la poésie. Ici l’impé- l’adoption des idées de la propriété intel- sampler commercial a été mis sur le mar- valent d’une zone évolutive géographi- ratif de communication, qui dépend de la ché pour environ 25000 dollars. Le Fair- quement isolée, où émergent les formes est, par nature, allumé ou éteint, rendant répétition et de la différence, est symbo- light, (lumière équitable) quel nom ! Ha ha obsolète la faible fréquence, le signal à liquement court-circuité, et, qui plus est, 3. Si l’architecture est le modèle de réfé- port à celles concernant le mot écrit. C’est ha. Le prix élevé était caractéristique de moitié interprété. Un sortilège à somme depuis l’intérieur de la chape du langage.
ces premières machines, elles étaient par Il n’est pas surprenant que cette tech- conséquent achetées par des institutions, nique de production devînt défavorable.
La manière la plus claire de retracer la musique développait le « MIDI », un lan- notre métaphysique est aussi celle de gé- récente ascendance du numérique s’ef- positions universitaires. Ce fut une brève rer notre vie dans une maison en ruine.
période pendant laquelle la majorité des atteint sa parfaite expression assez tôt, Il est utile de s’interroger sur l’emploi du gens faisant de la musique fondée sur le synchroniser et d’échanger des informa- lorsqu’elle vint à l’idée d’utiliser des voix capables de situer les pittoresques ruines sampler, étaient des compositeurs acadé- tions. Ce fut une nouvelle pièce dans le deux. D’une part, il peut se référer au effritées. Le style classique, qui s’étire de miques classiquement entraînés, qui re- royaume, une monnaie frappée à l’effigie synthétisé infiniment re-tonalisable. Un d’offrir une totalement nouvelle expé- genre d’anciennes structures qu’affection- du désir, conçue pour une rapide et large clavier électronique simule un piano, en nait le début du XIXe siècle : misérables, spectaculaire de tester leurs propositions adoption industrielle, dont les qualités mation : la reconnaissance – en écoutant étaient motivées par des intérêts com- ses touches sont pressées : il veut vous fitis, arpentées au coucher du soleil pour caché derrière son dos. Une séquence d’évé- merciaux. Le concept général devait être faire croire qu’il est un instrument per- sample employé dans un morceau fami- suffisamment familier plutôt qu’intelli- cussif. La technique de la voix samplée, signa-ler, d’autre part, les mêmes ruines alors, est un processus pour générer sans confus, la musique fonce tout droit, évi- aujourd’hui : débarrassées de graffitis, res- salle de concert. Le XXe siècle, toutefois, tant sans doute de la répétition escomp- taurées et conservées, rendues lucrati- ajoute à ce lignage un corps media gran- telles qu’avec les propositions absconses tuellement à l’aise avec le piano, ainsi le tée, un corrélat mental à la marche fan- ves, seulement visitées en pleine lumière, MIDI a été développé pour lancer et arrê- sant de pseudo tambours calibrés en sili- tôme en haut de l’escalier. On entrevoit pendant les « heures d’ouverture ».
signal enregistré, une archive manipula- en entraînement théorique avancé comme cone. La voix devient un élément structu- brièvement un champ privé, inaccessible, ble, ouverte à n’importe quel consomma- un éliminatoire obligé pour la participa- rel sous contrôle total. Elle est rendue naître entre deux expériences diverses.
teur. La copie numérique cristallise claire- tion. Désormais, toutefois, il était attendu plique une légère dégradation, et, dans ment, presque allégoriquement ce dévelop- des étudiants qu’il ne cultivent pas seule- l’autre, une préservation active, un affaire- pement. Ce n’était pas avant l’affront du ment une familiarité avec les théories et La noblesse, ici peut-être une noblesse de lettres, a toujours fait signe aux musiciens. Comme lorsque Mozart composa « Cette ment et une industrie 2. Situer le plaisir les méthodologies habituelles, mais qu’ils fripouille de Voltaire est mort comme un chien. Bon débarras. » Cela soulève la question de la production amatrice. Comme avec toutes les stratégies d’appropriation, le sampling ne peut pas listant les remparts des métropoles con- être conçu en termes de rôles amateurs ou professionnels. C’est une part de sa violence. Collecter et redistribuer du matériel inutiles et, en outre, dépensières : un struites par les premiers colons : cherchant n’a pas dimension professionnelle ; la personne qui compile une cassette pour un ami n’est pas un amateur. La pratique autorisée un nouveau classicisme, avec tout l’hédo- qui s’en rapproche le plus est celle de la corporation qui rachète des droits à bon marché jusqu’au matériel culturel déclassé, coït homosexuel. Tout ce qui n’est pas nisme qui suit une période de calamités 3.
vail numérique. Ce fut un point final na- tels que d’anciens morceaux dansants, à ceux or contraints de s’en séparer misérablement , pour ensuite ré-emballer ces biens rendu utile et ne sert à aucune fonction turel à la chaîne évolutive de la musique et les re-consommer, soit sous la bannière de la nostalgie (l’approche bas de gamme), soit pour l’archiviste fétichiste ou le collectionneur dilettante (l’approche haut de gamme).
De même, souvenons-nous que les « ordinateurs personnels » étaient intentionnellement fabriqués pour être programmés par Les français ont une expression : le consommateur a seulement trois besoins essentiels, être en sécurité, être aimé, être beau. leurs propriétaires. Cela prit à peu près une décennie avant que les consommateurs ne rejettent clairement cet aspect.
C’est le désir des ruines aujourd’hui.
Je me souviens de quelqu’un se tenant devant un clavier, s’écriant « Je ne sais pas quoi dire ! ». La voix était celle d’une actrice Historiquement, toutes les nouvelles formes attaquent le classicisme, c’est bien sûr un geste caractéristique de la poésie d’un ancien « Cosby show » sortant d’un tout nouveau sampler à clavier, dont la démonstration était faite par Stevie Wonder romantique, mais aussi de la peinture néo-expressionniste des années 1980, un style pour qui la place la plus obscure était en personne. En quelques habile ajustements, il multiplia ses mots apparemment aléatoires à travers l’étendue du clavier, électroniquement et parfaitement re-tonalisés, basso profundo jusqu’au mezzo soprano, selon la pression sur la touche corres- Il y eut des exceptions, comme le « studio public des synthétiseurs » de New York, possédant un Fairlight sur lequel a été pondante. Ce fut en fait Stevie Wonder, en 1981, qui acheta le tout premier des célèbres samplers Emulator, fraîchement sorti composée la bande-son du film « underground » Liquid Sky.
de l’usine. C’est un souvenir qui a du cachet – quelle époque ai-je choisi pour naître ! Peu importe le plaisir qui nous nourrit, il tueux propre à l’avant-garde francopho- lettres furent utilisées, on vit apparaître doit dépendre de la présence et de l’ab- ne. La publication du poème de Mallarmé étant une variation balbutiante du précé- des tags apparemment insensés : Revs, humaine est « redéfinie » en un instrument.
Un Coup de dès jamais n’abolira le dent. Le total recouvrement est une pré- Kuma, Sems, Naers. Un arc partant de la hasard – travail se distinguant par sa misse perverse et futile, une possibilité Dans le fond, cela montre le point auquel infinie mariée à une perpétuelle décep- consommateur, jusqu’à la forme vide.
nous sommes arrivés avec l’emballage.
6. La duplication numérique a été l’un mots sur la page – , marqua la première tentative de conception et de définition nant, par le fait qu’il est un modèle en siècle. Evidemment, une telle force fait d’un poème déterminé par un procédé homme qui vend sa casserole afin d’ache- 8. Il est rafraîchissant de regarder une ter quelque chose à y mettre dedans.
forme se vider d’elle-même. Ah, mainte- dans la publicité et l’étalage fort soute- avançons la construction du temple.
forme de déperdition est héritée de la sation lyrique de la fonction du graphis- nant il est plus aisé de voir cela non pas nue au XXe siècle, depuis l’intérêt de Une fois encore, le graffiti, comme n’im- l’éclipse du pouvoir romain était contem- série de pièces qui représentent la dispo- mouvement d’ordre historique, d’ordre pour les détritus dépouillés de la culture Seth Price, 2005.
poraine au déclin du latin, l’éclipse de la sition exacte – la disposition seulement – recherche en quête d’un style qui permet- intellectuel. Plus facile à dessiner la rup- du confort jusqu’à une fascination plus Publié en anglais dans New York
musique d’avant-garde était indiquée par te une expression ultérieure. La culture ture sociale et ainsi extrapoler aussi loin Twice : Air de Paris, 28 mai – 24
raturant chaque ligne du texte d’une soli- du graffiti (et pourquoi cela prend-il si que désiré tout graphisme, tout art, tout marques. Que cela signifierait-il d’em- juillet 2005, Galerie Air de Paris et
de barre noire. Ce geste, tout en bannis- ployer un tel procédé destiné non pas à Cneai, Paris, pages 12-14.
d’être plutôt que de paraître. Vers la fin « culture » issue de leur violence ?) repré- un procédé industriel utilisé pour produi- Traduction française : Sacha Roulet.
des années 1980, où Steve Reich achevait sente le territoire anarchique et expressif www.distributedhistory.com
son travail fondé sur le sample, l’expres- l’œuvre 10. La pièce de Mallarmé a été sion musique d’avant-garde était complè- évidée, réduite à un emballage sédui- tion picturale du point de vue de l’aliéna- tement galvaudée, une constellation froi- sant. Il s’agit là d’un acte caractéristique tion cool. Le langage est défiguré avec articles de luxe et les boîtes à chocolat et ce et pour la figuration classique – pour de l’appropriation que l’on peut simple- des images. Il ne s’agit pas seulement de les cosmétiques. Pointez l’usage de ce l’art lui-même – , provoque une sorte de représenter une maison en ruine en répé- empoisonne le bien. D’un autre côté, il Daniel Baumann, commissaire de l’exposition, nous présente le contexte
décorative. Chaque dossier fut publié en Ces formes évidées étaient gravées sur inscrivant un mot codifié sur un pilier de historique de Psychopathologie de l’expression. Edité par Sandoz, 26 dos-
thique ou parfois dans la magie, on ajou- pont crée un texte qui est critique de sa siers, Bâle, 1963 –1977.
aux psychiatres et médecins. Edité par la à être livrée à la consommation de masse, lecture : les traces du processus généra- et présentées en tant qu’art. Broodthaers teur du pictogramme dérangent l’inter- Psychopathologie de l’expression faisait met en valeur le poème et l’incite à pro- prétation formelle traditionnelle de tels chose afin de comprendre cette chose ! Le processus et de la déviation de leurs pré- sampling peut-être une répétition invasi- occupations fonctionnelles. L’objet d’art des phénothiazines, on y fait appelle à PSYCHOPATHOLOGIE
est considéré comme un objet de contem- mais enfin bon, c’est ce que désire chaque vation, mis à part l’espacement propre lié plation, non pas fait pour être analysé, DE L’EXPRESSION,
à la lecture ; les blancs, en effet, suggè- mais fait pour répandre un mystère. Ses secrets pourraient avoir affaire avec l’art, l’agressivité. L’un des tout premiers neu- UNE COLLECTION ICONOGRAPHIQUE
rien s’abolissant lui-même. On devait s’y roleptiques mis sur le marché à la fin des Cela pourrait être ce qui lie le sampling attendre , du fait que Broodthaers était d’autre qui plane au-delà, sans nom assi- et le graffiti, mis à part la suggestion par- un artiste d’imitation. Il se pourrait que INTERNATIONALE
toutes ses formes, Melleril®/Mellerette® tagée d’une menace colorée. Chacun pré- le triomphe suprême d’un art tellement à (Thioridazine), en date du 30 juin 2005.
sente un texte critique de sa lecture. Le Il faut rattacher Psychopathologie de l’ex- graffiti est un effacement qui doit rester propre validité, mêlant un rire profondé- York comme Zephyr, Futura et Phase II, pression à l’intérêt qui se manifesta pour incomplet, rien d’autre qu’une rature ment scandaleux à un esprit religieux. Il Le premier dossier de Psychopathologie l’art et la psychiatrie après la Seconde y a une violence dans cette manipulation, vitesse ; inscris à la renverse sur une cité de l’expression, Une collection iconogra- ce qu’il détruit. S’il est entièrement rem- la même qui est présente dans le graffiti : phique internationale fut publié en 1963.
fut l’un des premiers à faire un usage congrès, des œuvres d’art provenant de placé ou anéanti, il perd sa part critique.
L’ensemble des 26 éditions (la série se thérapeutique du LSD) et Alfred Bader.
Il joue à la fois sur une affirmation de la poursuivit jusqu’en 1977) tenta d’établir Aux contributions et monographies géné- pouvait voir des tags comme Sony, Seiko et d’élucider le rapport existant entre rales concernant des artistes inconnus, il médecins assistants à l’hôpital psychia- 7. Selon le sens commun, le « Graffiti », ou Casio : symboles électroniques person- artistes aussi reconnus qu’Adolf Wölfli urbaine apparentée au moulage en série, Confinia psychiatrica. Grenzgebiete der cette logique, comme avec la pièce Un Psychiatrie – Borderland of Psychiatry – Coup de dès jamais n’abolira le hasard, qu’il s’agit de vandalisme, mais parce le artistique représentée, ainsi qu’un texte couleurs, qui étaient jointes séparément Les Confins de la Psychiatrie 1; en 1959 graffiti rêve d’une saturation totale par après que les meilleures combinaisons de aux dossiers telles des fiches de diagnos- fut fondée à Vérone la Société renom qui apportèrent leur contribution, Internationale de Psychopathologie de on note l’historien d’art italien Giulio reproductions d’œuvres d’art par leur l’Expression (S.I.P.E.) 2; en 1961, le psy- Cette expérience est totalement différente de celle qui s’amuse à reconnaître les citations et les références mélodiques d’un compositeur, aussi différente que le scanner l’est de la photographie.
d’être accrochées de par leur qualité 10 L’expression « Regarde et ressens », popularisée par l’industrie de l’ordinateur, est souvent utilisée pour décrire somme toute l’esthétique d’un système opérant particulier, c’est-à-dire l’ombré séducteur qui apparaît picturalement sur l’architecture infor-matique. Un exemple connu est celui de l’interface-utilisateur graphiquement réussie par Macintosh, qui à été ensuite entière- Confinia psychiatrica. Grenzgebiete der Psychiatrie – Boederland of Psychiatry – Les Confins de la Psychiatrie édité par Th.
ment copiée par l’industrie. Le terme fut rendu notoire par une série de procès – Xerox contre Apple, Apple contre Microsoft et Spoerri et H. Heimann, 1958-1980. Les psychiatres J.Delay, E. Kretschmer, le philosophe K. Jaspers, le théologien P. Tillich, Hewlett-Packard – convoqués par la raison de savoir s’il était légal ou non de s’approprier des qualités esthétiques, comme l’historien d’art M. Huggler et l’historien des lettres W. Muschg comptent parmi les coéditeurs.
celles cristallisées dans les codes de programmation. Regarder et ressentir, dans leur sens courant, évoquent une notion qui Society of Art and Psychopathology / Internationale Gesellschaft für Psychopathologie des Ausdrucks. Entre 1959 et 1965 se n’existait pas vraiment avant l’ordinateur personnel, mais qui aujourd’hui affecte tous les secteurs de consommation basés sur tinrent 14 expositions, tant en Afrique et en Amérique qu’en Europe, consacrées à l’art des malades mentaux à l’occasion de firme pharmaceutique Ciba de Bâle, Le mentaux : La création artistique des propos du dossier 14 : « Ce genre d’expres- monde merveilleux de la folie avec des malades mentaux – Art Brut – Insania sion plastique ne doit pas seulement être déclaré ‹ malade › selon des critères psy- Schmidt (le directeur du Musée d’Art de Psychopathologie de l’expression dé- ment écartée. L’évolution de l’esprit l’Hôpital de Céry / Lausanne). Deux ans besoin de réforme appelait la collabora- souvent méconnues. L’art en fait partie à tion des sciences voisines et de l’indus- coup sûr. Et peut-être aussi l’art d’anor- le « Centre d’études de l’expression plas- trie3, de quelle manière on a, par l’étude tique », un atelier dans lequel les patients pouvaient librement faire œuvre de créa- Texte publié par Decorum, Zorro et
concept d’art, qui se modifiait alors radi- Bernardo, juin 2005.
sa en 1963 pour la première fois dans une calement, influença cet engagement.
Navratil écrivirent en 1970 dans l’avant- La découverte des neuroleptiques en 1952 n’ouvrit pas seulement la possibilité d’un traitement médicamenteux des psychoses,mais aussi un marché prometteur et lucratif.

Source: http://www.forde.ch/archive/fileadmin/files/docs/pdf/Bulletin_4.pdf

emalumniassociation.org

011 E.MAlumni Board 2.0 e­meeting (12 Jan 2013, 14 h CET) – Meeting Notes Attendees: Corinna, Cristiano, Iva, Krisztina, Lynn, Monika, SofiaAdoption of the Agenda: The agenda is centred on the finalisation of the organisation of t○ GC arrivals: one participant (Anastasiya) is not able to come b○ Accommodation: 14 confirmed rooms at Villa Cipro as of 12 Jan 2013○ Cater

Antiinfliximab antibody status and its relation to clinical response in psoriatic patients: a pilot study

Journal of Dermatology 2010; 37: 708–713Anti-infliximab antibody status and its relation toclinical response in psoriatic patients: A pilot studyEsra ADIS¸EN,1 Arzu ARAL,2 Cemalettin AYBAY,2 Mehmet Ali GUDepartments of 1Dermatology and 2Immunology, Gazi University, Faculty of Medicine, Ankara, TurkeyAlthough the mechanisms underlying the loss of response to infliximab are not completely und

Copyright © 2010-2014 Medical Articles